Actualités : Les sources de Freychenet par André Bonnefont (*)

Les sources de Freychenet par André Bonnefont (*)
Clic sur l'image Clic sur l'image

(*) Texte hors concours car déjà publié antérieurement.

Freychenet est adossé à la colline du Picou qui atteint 972 m et délimite les communes de Freychenet, Celles et Nalzen.
    Le Picou a l'aspect d'un cône un peu écrasé dont le sommet est coiffé par une touffe d'arbres. La pente de ses versants n'est pas excessive ; il y a à peine quelques années on y fauchait et ramassait le foin sur les terrains où, peu avant étaient cultivées des céréales.
    Tout autour du Picou, on trouve plusieurs sources. Rien de bizarre à cela, mais qu'elles soient toutes sensiblement au même niveau à mi-pente entre le Picou 972 m et Freychenet 810 m d'altitude, cela mérite réflexion.
    Voici le nom des cinq sources
    - La Fount de la Roucatine
    - La Fount de Séraphin,
    - La Fount de Roussel,
    - Las Trés Founts, situées sur la commune de Celles.
    - La Fount de Marié qui devient ruisseau délimitant les communes de Freychenet et de Nalzen.
    Comment se fait-il que sur une si petite surface d'environ une quinzaine d'hectares au plus se récupère assez d'eau pour alimenter cinq sources qui coulent sans d'importantes variations de débit été comme hiver?
    Bien sûr il y a l'eau de pluie, cependant la pente en entraîne une bonne partie, le reste s'infiltrant dans le sol. Mais surtout nous constatons que pendant les périodes de sécheresse elles continuent de couler. Nous en avons eu la preuve en 1989.
    Cela nous amène à penser à l'existence d'un réservoir naturel retenant l'eau en période hivernale et le restituant en été. Un ou plusieurs siphons permettraient-ils à de l'eau en provenance du Fourcat de l'alimenter après avoir circulé dans les cavités souterraines ?

LA FOUNT D'ARMENTIERES

    La source d'Armentières se trouve sur le bas côté droit de la route qui mène de Freychenet au Gabachou, dans un virage à angle droit, après les sapins de Victor Servant et à une centaine de mètres du Faget.
    A l'altitude de 870 m, elle est sensiblement au même niveau que les sources du Picou. Elle coule encore malgré de forts éboulements au dessus de sa sortie, causés probablement par la neige et le gel. Elle traverse la route dans les buses, descend parmi les sapins de Marie Canal et environ cent mètres plus bas se perd dans un vallonnement en s'infiltrant sous terre.
    Où ressort-elle ?
    L'utilisation d'un colorant pourrait peut-être nous fournir des renseignements à ce sujet.
    Cette source avait la particularité d'être très fraîche. Ma belle-mère Célestine Cassaing m'a appris qu'il n'y a pas si longtemps encore, que les femmes de Freychenet venaient y battre le beurre fabriqué avec la crème  du lait de vaches.
    Ce beurre ne servait pas à la consommation personnelle mais plutôt de monnaie d'échange avec l'épicier ambulant.

LA SOURCE DE FOUNT VIVO

    La source de Fount Vivo est située au bas d'un vallonnement non loin de la route qui descend de Freychenet vers Nalzen. Elle sort dans un léger creux au fond d'un pré envahi, aujourd'hui, par les ronces, arbustes et buissons.
    L'eau en est très fraîche et là aussi certains habitants venaient faire leur beurre artisanal.
    Son débit, assez fort en période hivernale conserve ensuite un volume régulier. Ensuite elle forme un petit ruisseau qui se jette plus bas dans celui venant de Freychenet et rejoindre le Marié au pont de Soleilla. De nombreuses truitelles y vivent et semblent s'y plaire.
    Sur le flanc droit très abrupt de la colline recouvert d'arbustes, particulièrement de buis et à une distance d'environ 150 m de la source se trouve le gouffre de l'Artigue.
    Les anciens du village racontaient qu'un habitant voulant se débarrasser d'un chien, le précipita vivant dans le gouffre. Pendant plusieurs jours, ceux qui gardaient les vaches dans les prés non loin de là, ont entendu les aboiements de la pauvre bête paraissant sortir de la source.
    Cela laisse croire que le gouffre descend jusqu'à cet endroit et que son plafond doit affleurer les prés.
    Je peux affirmer qu'à son entrée, il y a une quinzaine de mètres d'à-pic, mes neveux voulant en connaître la profondeur, nous l'avons sondé à l'aide d'une pierre attachée à de la cordelette et descendue jusqu’à ce qu'elle touche le fond, c'est ainsi que nous en connaissons la hauteur.
    On dit qu'après l'à-pic, le sol de la caverne continue en pente douce sur une centaine de mètres. On dit aussi qu'on entendrait le bruit de l'eau et qu'elle sortirait à Fount Vivo.

LA FONTAINE SUR LA PLACE PUBLIQUE

    Le registre de délibération communal nous apprend que le 6 juillet 1848 il a été débattu de la construction d'une fontaine sur la place publique de Freychenet.
    L'eau provient d'une source du Picou au lieu dit (la Roucatine) environ 300 m plus haut que le village. Elle s'écoule dans le terrain en pente, sur des tuiles canal et continue dans la partie horizontale à l'intérieur de tuyaux en céramique fournis parle maître potier François Saverdun de Celles.
    Il est question de l'attitude de Jean Morère dit (Conférouns) qui s'oppose au passage, sur son terrain, de la canalisation en tuiles. Il les a même cassées à coups de pal de fer. Le Maire lui a dressé un procès-verbal.
    Il a fallu faire appel à l'autorité du Préfet pour que les travaux puissent continuer après les négociations qui ont duré fort longtemps.
    Victor Déramond dit (Besse) avait, lui, donné la source et le passage sur sa terre à condition notamment que l'eau en excédent s'écoule dans son pré du Prat d'Abail, ce qui fut fait.
    En 1880, 32 ans après, un devis est demandé pour le remplacement des tuiles canal par des tuyaux en céramique, les tuiles glissaient, le gel en cassait plusieurs et beaucoup d'eau se perdait.
    Les habitants en étaient privés une bonne partie de l'année ; ils devaient alors parcourir environ 500 m pour aller la chercher à une autre fontaine qui devait être certainement la source du Prat de Pic.
    Je pense que cette fontaine dont il est question depuis 1848 était située au centre du village sur la place publique, contre la maison actuelle de René Vignaux.
    Nous y voyons encore un avancement en pierre qui sert actuellement de banquette.
    Tout à côté, toujours alimenté par la source de la Roucatine, nous avons une belle fontaine avec son grand bassin et de nombreux poissons rouges.

Impression
Version imprimable :