la Bastide sur l'Hers : histoire de bastide...

histoire de bastide...
Clic sur l'image Agrandir
+ 4 images

plan 18e Bastide HersQue la commune se soit appelée " de Congoust ", " du Peyrat " ou " sur l’Hers ", le terme de " bastide " est récurrent. Les bastides se développent dans le sud de la France entre le XIIIe et le XIVe siècle. Ce sont des agglomérations nouvelles répondant à des enjeux d’occupation de l’espace pour les seigneurs qui en sont les créateurs, ici ceux de Congoust. Si la plupart adoptent un plan régulier, ce n’est pas le cas ici. Le noyau primitif, fondé avant 1244, se situe autour de l’actuelle place de la ville.

Les fortifications (mur de la ville, porte d’Amont) apparaissent dans les textes depuis au moins 1512. Les maisons et l’église devaient participer directement au rempart et étaient entourées d’un fossé, au moins côté nord (actuelle avenue du 11 novembre). Deux portes permettaient l’accès à l’intérieur de la ville. La porte d’Amont, dont il reste encore des vestiges, se situait au niveau de l’actuelle place du temple. La porte d’Aval devait prendre place sur l’actuelle place de la Liberté, au niveau de la rue Emile Zola. Les archives nous apprennent également l’existence de plusieurs faubourgs. " Le quartier de la rue Nouvelle " (actuelle rue Pasteur), déjà mentionné au XVIe siècle, conserve des éléments architecturaux faisant référence à la période de la Renaissance (fenêtre à meneaux, portail en anse de panier, etc.). L’aspect actuel du village résulte des divers aménagements des XIXe et XXe siècles : modifications de la voirie, extension de l’habitat, implantation d’usines…

Impression
Version imprimable :